L’aromathérapie est l’utilisation à des fins médicales des extraits aromatiques des plantes : les huiles essentielles (HE).

Chaque HE est unique et possède une odeur, une couleur et des propriétés qui lui sont propres.

Il est à noter que l’on peut trouver différentes HE dans une même plante, selon que l’on distille la racine, la fleur ou la feuille. Dans ce cas, les HE obtenues ne sont pas interchangeables et ont des propriétés et un nom différents.

Par ailleurs, différentes espèces d’une même plante donneront également des HE à différencier. Par exemple, dans le cas de la lavande, on peut trouver de l’HE de lavande officinale (lavandula officinalis ou augustifolia ou vera) comme de l’HE de lavande aspic (Lavandula spica : lavandula latifolia cineolifera). Idem pour le thym, la camomille et bien d’autres… En cas de doute, il faut se référer au nom latin et il convient d’abandonner une recette qui ne spécifierait pas correctement le chémotype de l’HE à utiliser.

Intérêt de l’aromathérapie :

Les HE présentent de nombreux atouts :

  • Elles agissent très rapidement et en petite quantité.
  • Elles sont antibiotiques et antiseptiques à large spectre : elles agissent contre les “envahisseurs” (bactéries, virus, champignons, parasites) en respectant cependant la flore naturelle, contrairement aux antibiotiques classiques.
  • Elles ne provoquent pas d’antibiorésistance, véritable fléau dans les hôpitaux de nos jours. La raison est simple : un antibiotique classique est composé d’une seule molécule. Il est donc simple pour une bactérie de synthétiser une enzyme qui la neutralisera. Une HE est, par contre, composée de multiples molécules. Il n’est donc pas possible pour la bactérie d’organiser une résistance efficace.
  • Elles sont antidouleurs, anti-inflammatoires, cicatrisantes, digestives, stimulent l’immunité… etc…
  • Elles ont de nombreux modes d’administration qui varient en fonction de l’HE et de l’utilisation que l’on souhaite en faire : on peut les utiliser par voie orale, cutanée,  rectale, vaginale ou en diffusion dans l’air ambiant.

Précautions à respecter :

Il est impératif de se renseigner auprès de sources fiables pour l’utilisation de ces huiles. Ce n’est pas parce que c’est une thérapie naturelle qu’elle est sans danger. Certaines HE peuvent être dermocaustiques et doivent impérativement être diluées dans une huile végétale, d’autres ne doivent pas être avalées ou diffusées dans l’air ambiant. Il y a quelques précautions à respecter.

D’autre part :

  • La plupart des HE sont interdites pendant la grossesse et si la maman allaite.
  • Certaines sont interdites chez les enfants de moins de 6 ans.
  • Ne pas suivre un traitement aux HE de façon prolongée (max 3 semaines d’affilée, faire une pause d’au moins une semaine avant de reprendre si besoin)
  • Jamais dans les yeux ! En cas de projection accidentelle, l’HE ne se mélangeant pas à l’eau, se rincer l’œil avec une huile végétale, l’huile d’amande douce étant la meilleure puisqu’elle est neutre.
  • Si vous souffrez d’une pathologie chronique (hyperthyroïdie, hyper/hypotension, épilepsie…. etc), vérifiez attentivement les propriétés d’une HE avant utilisation : certaines sont hyper ou hypotensives, d’autres stimulent ou ralentissent l’activité de la thyroïde etc. Par ailleurs, si vous êtes sous traitement, les HE peuvent interagir avec tout médicament, quel qu’il soit.

La prudence est donc de mise. En cas de doute, on s’abstient ou on demande conseil à son médecin ou son pharmacien…

Fanny

Fanny aide ceux qui le désirent à se reconnecter à leur enfant intérieur et à qui ils sont vraiment au fond d'eux-même, afin de ramener plus de joie et de légèreté dans leur quotidien.
.
> Retrouvez son livre ici : Petit manuel du soi
> Les packs "Coups d'pouce : Confiance en soi - Harmoniser ses relations - Gérer sa colère...et bien d'autres à venir..."